top of page
Rechercher

Lâcher prise : est-ce que je perds le contrôle???

Dernière mise à jour : 3 déc. 2021

Je voulais partager une petite expérience avec vous.


L'autre jour, une personne m'a demandé de l'aide pour méditer. Elle pratiquait la cohérence cardiaque. Pour rappelle, il s'agit de procéder à un contrôle de la respiration. La pratique la plus répandue est de respirer 6 fois par minute, et ce, pendant 5 minutes. Donc en gros, j'inspire pendant 5 secondes puis j'expire pendant 5 secondes, cela produit un cycle de respiration complet en 10 secondes.


C'est une pratique facile à mettre en place et qui permet de ressentir un certain bien-être. De plus, on observe une réduction du stress et des angoisses.


Or donc, cette personne voulait aller plus loin et essayer de méditer, sans support, à la manière de la pleine conscience.





Je lui demande donc si elle a déjà essayé, et si oui, quel a été le résultat. Elle me dit que oui, mais qu'après 5 minutes, la force de ses pensées est tellement forte, par rapport à des urgences du quotidien, que cela l'empêche de poursuivre. Elle doit arrêter, sa tête est assourdissante, impossible de discerner un semblant de calme ou de rester assise.


J'essaye donc de lui expliquer que 5 minutes ne suffisent pas, et que son esprit est comme un muscle. Si vous voulez prendre soin de votre véhicule terrestre, vous allez à la salle de sport, si vous voulez prendre soin de votre esprit (qui semble quand même la partie la plus fondamentale de votre être), et bien vous reprenez le contrôle de vos pensées. Nous raccrochons le téléphone là-dessus.


Le lendemain, je constate que j'éprouve une certaine agitation mentale, une sorte de malaise en moi, quelque chose de diffus, difficile à cerner, je sens une sorte de pression qui part de ma gorge et qui descend jusque dans mon ventre. J'identifie immédiatement le problème. Je n'ai pas médité depuis 4 jours. Mon heure quotidienne de méditation, mon refuge, mon ancrage, mon port d'attache s'éloigne et mes pensées sont en train de reprendre le dessus.


Mais en ce samedi matin, j'ai mille choses en tête. Je décide de tenter l'expérience malgré tout, et d'en faire un compte rendu à la personne qui m'a contacté la veille.





Je me suis donc isolé, avec mes boules quies dans les oreilles comme j'ai l'habitude de le faire. J'ai regardé ma montre.. L'expérience a été très difficile, mille choses me venaient en tête, impossible de rester sur ma respiration ou sur mes sensations corporelles. A un moment, j'ai hésité à arrêter ou alors à noter les "urgences inutiles" afin de me tranquilliser.


Vraiment, chaque seconde paraissait une éternité. Mais alors qu'était-il en train de se passer? Alors que j'essayais de calmer mes pensées, elle redoublaient d'intensité. J'avais l'impression d'avoir un véritable juke-box dans la tête. Puis j'ai compris, c'est simplement que pour la première fois depuis 4 jours, je mettais de (l'attention consciente) sur le brouhaha mental. Et je constatais simplement l'état de la catastrophe. Et oui, le paradoxe du début, lorsque vous observez, vous constatez ce qu'il se passe dans votre tête. Quand vous n'observez pas, vous vous identifiez aux pensées et cela vous parait normal. Du coup vous vous habituez à la souffrance induite par cet état. Mais du moment que vous en sortez par l'observation, vous comprenez que vous ne pouvez pas vivre dans cet état toxique et néfaste pour vous, comme pour votre véhicule terrestre.


J'ai donc persévéré puis tout à coup, un premier répit est arrivé, j'ai ouvert les yeux pour voir l'heure, il m'aura fallu 12 interminables minutes pour passer un premier palier, puis à environ 15 minutes, la paix et un espace de sérénité se sont enfin installés.. pendant les minutes suivantes, mon mental a fait quelques tentatives de reprendre le contrôle mais sans vraiment y parvenir.


Je suis maintenant parfaitement calme, je dois même me concentrer pour que mon mental puisse avoir accès à ma conscience, et même là, aucun idée ne tient ou n'est capable de m'emmener quelque part.


J'ai tenté de me replonger dans l'agitation mentale qui me traversait quelques minutes auparavant. Mais impossible, aucune pensée ne pouvais accrocher mon attention. Même pas mon téléphone avec ce besoin compulsif d'aller voir si un message était arrivé ;o)


Cet état va durer quelques heures. En fin d'après-midi ou ce soir, je vais recommencer car je n'ai aucune envie de laisser mes pensées reprendre le contrôle et me faire souffrir.. Je voulais partager cela avec vous pour que vous compreniez la difficulté des premières minutes, et surtout l'immense espace de paix intérieur, du bénéfice incommensurable et de la réduction de la souffrance que génère la méditation..


Ce qui est étonnant, c'est qu'en acceptant de lâcher-prise (ce mot à la mode m'agace) mais il résume bien l'action à entreprendre, et bien nous reprenons le contrôle sur nos pensées. Ce contrôle que justement, nous laissons beaucoup trop souvent à notre mental qui nous emmène dans l'analyse à outrance, dans les peurs irraisonnées, dans les scénarios les plus négatifs autant qu'improbables.


De cela il résulte une meilleure compréhension du monde qui nous entoure, et par la même, une réduction de la souffrance.


Ne vous arrêtez pas après 5 minutes, persévérez et vous verrez que vous en êtes capables.



206 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Post: Blog2_Post
bottom of page